Comment lutter contre le spam ?

Le spam sur Internet n’est pas une fatalité. Dites stop au fait que votre boîte e-mail puisse être polluée par des messages à caractère publicitaire. Arrêtez d’être en permanence sollicité pour des offres commerciales divers et variées. Le spam s’invite aussi dans les commentaires de vos sites web, par des robots qui postent automatiquement du contenu en tout genre. Ne perdez plus votre temps en modération, devenez pro-actif ! Au travers de moyens simples et rapides à mettre en oeuvre, cet article vous présentera plusieurs techniques pour vous prémunir contre toutes les formes de spam existantes. Bien sûr, il se peut que vous continuiez à en recevoir de temps en temps, nul ne pouvant s’en exonérer complètement. À cet effet, aujourd’hui, notre objectif ne sera pas d’éradiquer totalement le spam, mais bien de le réduire de manière drastique.

Le spam par e-mail : les bonnes pratiques

Pour lutter contre le spam par e-mail, il existe 10 règles à connaître et à appliquer en toutes circonstances :

Règle n°1 : N’écrivez jamais votre adresse e-mail en clair (sur quelque support que ce soit – forum, blog, etc.). Il existe des robots qui ont pour spécialisation de collecter en masse des adresse e-mails afin de les ajouter à des listes de diffusion. Ces dernières sont ensuite revendues à des tiers. Vous perdez alors le contrôle total de votre identité.

Règle n°2 : Si vous avez besoin de communiquer votre e-mail, utilisez des astuces qui permettent la bonne compréhension tout en empêchant son indexation. Par exemple, si votre adresse est dupont@email.com, écrivez dupont arob@se email po.int com ou dupont_-_@_-_email_-_._-_com. Cela reste compréhensible du commun des mortels et vous prémunie des risques. Attention à bien utiliser des formules qui sortent de l’ordinaire, certains scripts permettent tout de même de reconnaître certains modèles (évitez dupont AT email DOT com par exemple).

Règle n°3 : Ne faites pas de chaînes de lettre. Cette technique consiste à envoyer à la chaîne des e-mails à vos contacts, pour leur présenter une blague, faire tourner un bon mot, leur dire qu’un malheur leur arrivera si à leur tour ils n’envoient pas l’e-mail à plusieurs destinataires. Ces chaînes ne servent à rien, n’ont aucun but, si ce n’est collecter un maximum d’informations et d’adresses e-mails valides.

Règle n°4 : Désinscrivez-vous des newsletters connues, mais seulement dans certains cas ! Vous recevez des e-mails de Castorama, Carrefour et autres enseignes ? Utilisez le lien en bas de l’e-mail pour vous désinscrire. Attention toutefois à être bien sûr que l’email provient bien de ces sociétés. Certains e-mails peuvent trahir leur réelle appartenance, par une technique de phishing. Si vous êtes sûr du lien, alors utilisez-le pour vous désinscrire. Dans le cas contraire, les points suivants devraient vous aider.

Règle n°5 : Si votre adresse e-mail est une adresse externe (comprendre Gmail, Yahoo Mail, etc.), signifiez auprès de ces sociétés qu’il s’agit de spam (via leur interface et les boutons prévus à cet effet). Ils utilisent des algorithmes et des tries automatiques lorsqu’on leur informe de nuisances éventuelles. Les e-mails ainsi reportés seront déplacés dans le dossier spam et vous ne serez plus importuné.

Règle n°6 : Lorsque vous n’êtes pas sûr du site Internet en question ou de l’utilisation qu’il fera de votre identité, utilisez une fausse adresse e-mail. Des systèmes comme YOPmail permettent de se créer une adresse factice. D’autres services encore, comme Jetable.org, permettent de créer une redirection temporaire vers votre adresse e-mail d’origine.

Règle n°7 : Si vous utilisez une adresse e-mail personnalisée (via votre propre nom de domaine ou serveur), essayez d’utiliser des logiciels de filtrage comme SpamAssassin. Vous pouvez également, directement dans votre logiciel e-mail comme Mozilla Thunderbird, utiliser les filtres adaptatifs. Ils scanneront alors les en-têtes des e-mails pour déterminer leur caractère intrusif. Voici un tutoriel qui vous aidera en ce sens.

Règle n°8 : Ne répondez jamais à une adresse e-mail que vous ne connaissez pas. En outre, n’ouvrez jamais le contenu d’un e-mail dont vous n’êtes pas absolument sûr de la provenance (fichiers travestis, images qui n’en sont pas, etc.). Cheval de Troie, virus informatique, etc., sont monnaie courante. Leurs objectifs : récupérer toutes les coordonnées de vos amis et collègues pour ensuite les contacter en votre nom.

Règle n°9 : Installez une solution complète antivirus. Certains logiciels antivirus incluent un anti-spam, qui permet d’analyser le courrier entrant (entêtes, pièces jointes, etc.). En outre, ces logiciels sont souvent reliés à une base d’utilisateurs assez large pour peu que vous ayez activé l’option adéquate. Ils fournissent ainsi des filtres mis à jour en temps réel, souvent très efficaces contre le spam de masse.

Règle n°10 : Enfin, finissons par une technique toute bête et pourtant très efficace : utilisez plusieurs adresses e-mails en fonction de vos besoins. N’hésitez pas à scinder vos activités personnelles, professionnelles et commerciales. Si mettre tous ses œufs dans le même panier est souvent un moyen simple et rapide pour parer au plus urgent, cela peut devenir très problématique à la longue. Avec un peu d’organisation et de temps, vous découvrirez qu’avoir plusieurs adresses e-mails n’a que des avantages.

Le spam dans les commentaires : les solutions

Le spam n’est pas qu’affaire d’emails. Il pollue également les publications de beaucoup de sites. Découvrez 5 solutions pour vous en prémunir !

Solution n°1 : Utilisez un CAPTCHA (pour Completely Automated Public Turing test to tell Computers and Humans Apart ou Test public de Turing complètement automatique afin de différencier les humains des ordinateurs). À un moment ou à un autre de votre navigation sur Internet, vous avez forcément eu affaire à eux. Ce sont des images, des vidéos, des sons, qui vous demandent de reproduire des mots, des chiffres voire des symboles. Ils permettent de faire la part des choses et d’éviter à des robots d’utiliser certains services, notamment les commentaires. De nombreux logiciels et modules de CAPTCHA existent, avec plus ou moins d’efficacité et de degrés de complexité. Le plus populaire reste cependant celui de Google, reCAPTCHA, entièrement gratuit et simple d’installation comme d’utilisation.

Solution n°2 : Un autre moyen simple de savoir s’il s’agit d’un utilisateur ou d’un robot est de connaître la personne qui envoie un commentaire en lui demandant une confirmation. Cela peut prendre plusieurs formes : avec une zone membre et une inscription au préalable pour l’authentifier, ou bien avec un lien de validation du commentaire envoyé sur son adresse e-mail.

Solution n°3 : Optez pour une externalisation du problème ! Des plugins permettent de poster des commentaires et utilisent des filtres personnels pour déterminer s’ils ont à faire à des robots. Citons Akismet (WordPress), Jetpack (WordPress), Disqus, Facebook Comments, etc.

Solution n°4 : si vous maniez quelques langages de programmation, faites des formulaires qui utilisent les technologies JavaScript et AJAX. Il est de notoriété publique que les robots ont du mal avec ce type de procédés. Pour corser le tout, développez un système de timer. Les robots étant beaucoup plus rapides que l’Homme, vous pourrez ainsi leur couper l’herbe sous le pied et dormir sur vos deux oreilles.

Solution n°5 : Faites vôtre la politique de la terre brûlée. Pour améliorer vos formulaires, il existe deux techniques ultimes : la première, renommer tous vos champs avec des noms improbables (des checksums feront très bien l’affaire). La seconde, c’est celle du honeypot. Il s’agira de créer des champs caduques, non visibles pour les utilisateurs. Mais les robots, ne sachant pas faire la différence entre ce qui est visible ou non, les rempliront sans vergogne. Vous pourrez dès lors les identifier et les bloquer.

Pour conclure

Cet article est à présent terminé. Nous espérons vous avoir donné quelques pistes de réflexion et vous avoir permis de réduire drastiquement la profusion des spam dans vos boîtes aux lettres digitales et dans les commentaires de vos sites Internet. Le spam reste, et restera, un fléau. Cependant, en mettant en pratique quelques règles simples de bons sens et des solutions adaptées, vous devriez rapidement voir une amélioration de votre productivité. Pertes de temps et modérations monotones ne sont que le fruit du passé. Désormais, faites place à l’action !

Si cet article vous a plu, partagez-le avec vos amis !

Vous aimerez également

Vos commentaires