Comment trouver des mots-clés avec la Search Console de Google ?

Parmi la dizaine d’outils d’analyse de sites web gratuits que propose Google aux webmasters, développeurs et référenceurs, il y en a un qui ne paie pas de mine et qui se révèle être extrêmement puissant : la Search Console (ou GSC pour les intimes). Et plus précisément sa section “Analyse de la recherche”. Découvrons ensemble comment l’utiliser et surtout, comment faire fructifier cette fontaine à mots-clés.

Les mots-clés, le nerf de la guerre en référencement naturel

On ne va pas se mentir, se positionner sur les bons mots-clés est capital pour l’avenir de votre business sur Internet. Quelque-soit votre activité, certains termes sont plus recherchés que d’autres. Cela ne souhaite pas dire qu’il vous faudra axer toute votre communication sur seulement un ou deux mots-clés. Mais connaître le secteur dans lequel votre activité va graviter est primordial pour amasser la bonne audience. Celle qui va engendrer des ventes et faire décoller votre chiffre d’affaires. Celle qui fera parler de vous en bien. Qui plus est, si vous avez suivi nos précédents articles (et notamment celui-là : Longue traîne et référencement naturel SEO), vous n’êtes pas sans savoir qu’il est important de créer beaucoup de contenu de qualité et de disséminer dans vos pages des mots-clés proches de votre thématique.

Un nuage de mots-clés (ou cloud keywords) orienté web design

Un nuage de mots-clés (ou cloud keywords)

Rapide historique : les mots-clés et leur évolution

Avant de commencer, il est important de faire un rappel historique sur les mots-clés et comment nous en sommes arrivés là aujourd’hui. Si nous devions définir deux époques, nous dirions qu’il y a celle d’avant octobre 2011, et celle d’après (aujourd’hui). En effet, jusqu’alors, Google fournissait toutes les informations liées au visiteur qui cliquait sur l’un des liens dans ses pages de résultats de recherche (ou SERP). Dont le fameux mots-clé en question et le numéro de position du lien dans la liste. Depuis 2011, le géant Californien a décidé d’accentuer sa politique de confidentialité et de mettre en place des restrictions. Aujourd’hui, la majorité du trafic en provenance de Google se solde par un sempiternel “Not Provided” (ou “Non Fourni”), et ce que vous utilisiez Google Analytics, Piwik, XITI ou tout autre service d’analyse d’audiences.

Comment est-ce possible ? Parce que Google redirige le trafic de son moteur de recherche vers une page intermédiaire, qui filtre une grande majorité des données. Ce procédé est inaltérable et il n’existe aucune solution fiable. Le gros problème, c’est que ce sont des informations cruciales pour le référencement. Il est de notoriété publique qu’il vous faut prioriser vos mots-clés. Certains termes sont plus populaires que d’autres et c’est tout l’enjeu que de savoir lequel vous apporte une audience massive, lequel est sous-exploité, etc.

La Search Console fait office de nouveau Graal

Il existe principalement deux raisons pour lesquelles la Search Console est aujourd’hui si prisée : c’est un outil gratuit et infaillible (aucun intermédiaire, les données proviennent directement de Google). Du coup, à défaut de vouloir fournir les mots-clés qui permettent d’accéder aux sites web en temps réel, Google préfère donner une tendance basée sur de multiples paramètres comme l’impression.

Une impression, c’est le fait que vous apparaissiez sur une page du moteur de recherche dans une requête donnée. Par exemple, si vous tapez Perte de poids Orléans, Google va vous proposer 10 résultats. Si ESDO y est présent, cela sera compté comme étant 1 impression sur ce mot-clé. Attention, ça ne veut pas dire qu’il y ait eu acquisition du visiteur. Simplement que vous êtes présent sur la page. Par la suite, en fonction de la manière dont vous allez gérer la ligne éditoriale de votre site, ces mots-clés seront de plus en plus nombreux (plus vous avez de pages, plus vous avez de points d’entrées). Au bout d’un certain temps (comptez plusieurs mois), vous aurez ce que l’on appelle un “nuage de mots-clés“. Certains mots-clés seront plus vecteurs que d’autres. Vous connaîtrez alors, pour chaque page, quels sont les mots-clés qui ont été efficaces. Quels sont ceux qui convertissent, votre position moyenne dans les pages de résultats, le CTR (taux de clic divisé par le nombre d’impressions), etc.

Logo de l'outil Google Search Console

“Mais quand je créais un site web, comment suis-je censé savoir quels mots-clés je dois utiliser ?” C’est vrai. Ici, nous nous basons déjà sur une échelle de plusieurs mois. Quand vous créez un site web sur un sujet, par exemple sur le coaching fitness, vous avez déjà 3 mots-clés : coaching, fitness et sport. Ce sont ce que l’on appelle des mots-clés très concurrentiels, n’espérez pas vous retrouver en première page tout de suite. La seconde étape, c’est de créer du contenu en donnant par exemple 3 – 4 exemples. Expliquez les procédés, les termes techniques, en quoi ça consiste. Tous les textes que vous allez écrire contiennent autant de mots-clés qui vous serviront plus tard.

Continuez de créer du contenu sans vous arrêter, pendant plusieurs semaines. Tournez sans cesse autour du sujet. Il y a tellement de choses à dire ! Faites un travail de recherche de mots-clés, de netlinking, partagez votre contenu sur les réseaux sociaux et gardez l’esprit ouvert au changement. Au bout de quelques jours, vous devriez avoir vos premiers visiteurs depuis Google. Et au fur et à mesure des semaines, une tendance va se créer. Vous pourrez alors retourner sur la Search Console et découvrir ce qui a véhiculé de l’audience. Par la suite, créez des articles avec les mots-clés qui ont été les plus populaires. Axez votre contenu éditorial autour de ces termes pour accentuer encore plus votre présence sur Google. Travaillez sans cesse en amont pour donner à vos visiteurs le contenu qu’ils demandent et méritent. Il n’y a aucun miracle : nous commençons tous avec une liste de 2, 3, 4 mots-clés principaux. Et à force d’aborder de nouveaux sujets, de se documenter, de tester, de créer du contenu, nous en trouvons d’autres. Ce sont autant de flèches à votre arc qu’il vous faudra soigneusement utiliser à l’avenir.

Comment chercher des mots-clés depuis la Search Console ?

– Connectez-vous à la Search Console.
– Cliquez sur l’URL de votre site.
– Dans le menu déroulant à gauche, cliquez sur “Trafic de recherche” puis “Analyse de la recherche”.
– Cliquez sur “Impressions” puis “Pages”. Cliquez sur l’URL de la page ayant le plus grand nombre d’impressions.
– Enfin, mettez “Dates” sur 90 jours, cliquez ensuite sur “Requêtes”, “CTR” et “Position”.
– Surtout, n’oubliez pas de retrier la colonne “Impressions” du plus grand au plus petit.

Ce que vous voyez à présent, ce sont tous les mots-clés qui ont été utilisés pour se rendre dans votre page via la recherche de Google. Plus le mot-clé a un chiffre d'”Impressions” élevé, plus il est populaire. La colonne “Position” vous donne un aperçu d’où votre page se positionne sur le mot-clé correspondant. Faites très attention à cette donnée, elle peut s’avérer trompeuse. Car à cette étape, nous ne différencions pas encore le type d’appareil (desktop, mobile, tablette), ni le type de recherche (web, images, vidéos – par défaut c’est web). Votre position est appelée “globale”, autrement dit, tous les paramètres de recherche sont pris en compte. Et ils sont nombreux. Nous adapterons la précision plus tard. (À noter : la documentation Google sur les concepts d’Impression, de Clic et de Position est disponible ici).

Cette étape est importante car elle vous donne un point de vue général de la manière dont votre contenu est perçu par Google. Il serait intéressant de refaire un tour sur votre page en prenant en compte tous les mots-clés, pour voir si votre stratégie digitale est en adéquation avec les résultats de la Search Console. Mais ne modifiez pas encore votre site, prenez juste le temps d’analyser et de comparer. Les modifications doivent toujours se faire avec parcimonie, en étant sûr des données qui sont à notre disposition et de la manière dont elles doivent être interprétées.

Logo de l'outil Google Analytics

Pour cela, nous allons devoir gagner en précision. Avant d’aller plus loin dans notre analyse, il est crucial de savoir à qui vous parlez. À titre d’exemple, chez CodeBuilder, notre lectorat est jeune (les 25 – 44 ans représentent ~80% du trafic), masculin (~75% sont des hommes), habite en France (~75%) et utilise un ordinateur (notre ratio desktop/mobile est ~75%/~25%). Tous ces chiffres sont directement extraits depuis Google Analytics avec une plage de recherche sur les 30 derniers jours. Ces statistiques sont importantes car nous allons pouvoir affiner nos paramètres en fonction d’eux pour piloter notre référencement SEO à vue. Reprenons en main la Search Console :

– Sur la même page que précédemment, utilisez le “Pays” désiré (nous avons mis “France”).
– Filtrez ensuite par l’appareil désiré (nous avons mis “Ordinateur”).
– Assurez-vous que le “Type de recherche” soit bien sur “Web”.
– N’oubliez pas de retrier la colonne “Impressions” du plus grand au plus petit.

Nous y sommes ! Les mots-clés qui sont désormais dans la liste sont ceux qui intéressent le plus notre audience actuelle. Il nous faut à présent déterminer lesquels sont correctement exploités de ceux qui sont sous-exploités. Comment ? En regardant la colonne “Impressions” et le “CTR”. Si le nombre d'”Impressions” est élevé mais que le “CTR” est faible, c’est que le mot-clé n’est pas assez haut dans la recherche. Vous devriez insister plus sur ce mot-clé dans vos futurs articles voire même modifier votre article actuel pour qu’il le prenne plus en compte. Cependant, retenez bien qu’une page ne fait pas une tendance. À vous de créer du contenu en relation avec ce mot-clé, à définir une réelle stratégie éditoriale qui le met au centre de vos contenus. À l’inverse, il ne sert pas à grand-chose de travailler dur sur les petits mots-clés où l’acquisition d’un visiteur est faible. Laissez la longue traîne faire son bonhomme de chemin. Ici, nous ne nous préoccupons uniquement que des mots-clés intermédiaires, ceux ayant un peu de concurrence et un bon potentiel de développement de l’audience.

Retenez ceci : plus l'”Impression” est forte, plus le mot-clé ou la page est sur un secteur concurrentiel (donc populaire). Plus sa “Position” est élevée, meilleure est son référencement. Ceci conditionne tout, à savoir le “Clic” puis le “CTR”. Mais n’oubliez jamais de regarder l’information dans sa globalité. Un “CTR” de plus de 90% ne veut pas dire que vous toucherez le jackpot s’il s’agit d’un mot-clé à faible trafic, tout comme un “CTR” de 15% sur un mot-clé très concurrentiel ne veut pas dire que vous avez tout faux. Dans le premier cas, ne faites rien. Dans le second cas, l’effet de levier s’avère rentable. Grappillez des positions pour augmenter votre visibilité. Il y a fort à parier que vous allez gagner gros à moyen/long terme.

Maintenant que vous savez comment faire, nous vous suggérons de vous balader dans la Search Console et de lire la documentation officielle de Google. N’oubliez pas qu’il s’agit d’un outil puissant, avec beaucoup d’options. N’ayez pas peur de tester, d’analyser, de croiser les résultats avec d’autres statistiques. La multiplicité des sources, les changements d’angles de vue et de point sde vue sont autant d’atouts pour affûter votre réflexion. Améliorer la “Position” de vos points d’entrées et leur nombre est la meilleure stratégie SEO. Pour ce faire, la Search Console reste votre outil principal. Mais il en existe d’autres…

En conclusion

Comme dit précédemment, la Search Console de Google est l’un des meilleurs outils d’analyse de sites web gratuit à utiliser pour booster son référencement naturel. S’il existe aussi d’autres sites web et logiciels pour décortiquer toutes ces informations, ils restent la plupart du temps payant. Citons par exemple SEM Rush, Majestic, Moz, ahrefs, etc. Cela fera l’objet d’un futur article. Bonne analyse !

Si cet article vous a plu, partagez-le avec vos amis !

Vous aimerez également

Vos commentaires