La communication digitale, l'art de fédérer

Notre démarche - 4/6

Dans nos articles précédents, nous avons planifié, puis créé et enfin référencé notre site web sur les moteurs de recherche. Il convient désormais de communiquer dessus. Chez CodeBuilder.fr, nous divisons la communication digitale en deux parties bien distinctes : celle interne à votre site (rédactionnelle et communautaire) et celle externe (réseaux sociaux et régies publicitaires).

Un contenu pertinent

Commençons par enfoncer des portes ouvertes, au risque de nous répéter un peu : avant de vouloir communiquer, soyez sûr d’avoir quelque-chose à dire. Travaillez votre sujet jusqu’à le connaître parfaitement. Ne vous lancez pas la tête la première en souhaitant du buzz à tout prix ou le maximum d’audience en un minimum d’efforts et de temps. De nos jours, cette erreur est monnaie courante et elle n’aura pour conséquence que de vous décrédibiliser. Un contenu soigné, propre, d’une très bonne qualité est un atout considérable dans votre communication digitale. Il est là pour valoriser votre savoir et vos compétences, vous ériger en tant que référence dans votre secteur d’activité et asseoir votre notoriété.

La communication est un moyen et non une fin. Son but est d’attirer le visiteur dans vos filets, mais il s’agit ensuite de transformer l’essai en l’intéressant, en le divertissant, en le captivant et ainsi abaisser votre taux de rebond 1. Ne lui vendez pas du rêve ou des chimères. Votre communication ne doit rien laisser au hasard et votre contenu tient une place prépondérante dans votre réussite future. C’est lui qui sera en première ligne, alors prenez votre temps, argumentez, ne lésinez pas sur les moyens ! D’ailleurs, si vous avez lu notre article sur le référencement web, vous aurez compris que référencement et communication sont étroitement liés. Qu’ils œuvrent conjointement pour vous tirer vers le haut. Faites de cette complémentarité une force.

Une régularité à l’épreuve du temps

Pour donner envie au visiteur de revenir et de communiquer sur vous à son entourage, ses amis voire à sa propre clientèle, il lui faut adhérer à votre routine. Cette routine doit consister à l’informer de manière régulière en gardant toujours le même standing. Écrire un très bon article une fois de temps en temps, c’est facile, en écrire chaque semaine ou tous les quinze jours, voilà un véritable défi. D’où la nécessité pour certains de vouloir contourner les règles, par manque de temps ou paraisse intellectuelle. Comprenez bien que vous n’arriverez à sortir du lot qu’en proposant quelque chose d’innovant et d’introuvable ailleurs. La régularité est l’une des plus grandes qualités d’une communication digitale réussie.

De ce fait, prenez dès aujourd’hui une bonne résolution. Dites-vous qu’il va falloir vous faire du mal pour récolter les fruits de votre dur labeur. Au début, ce sera facile. Ce qui est nouveau donne envie, ce qui donne envie donne des idées, et ainsi de suite. Vous serez dans un cercle vertueux, c’est très bien et c’est très motivant. Mais cela ne dure qu’un temps et arrivera le moment où vous devrez trouver de nouveaux sujets. Et là, cette épée de Damoclès tant redoutée et le syndrome de la page blanche 2 vous seront insupportables. N’abaissez surtout pas votre exigence et ne cherchez pas midi à quatorze heures. Restez dans votre périmètre d’action en demandant, par exemple, à des amis ou à des connaissances des choses qu’ils auraient envie de savoir. Gardez un petit cahier de notes des bonnes idées à travailler, relisez vos anciens articles. Décelez le détail qui pourrait être approfondi et nécessiter un contenu particulier à lui seul. Le manque d’inspiration fait parti d’un cycle. Bien vite et avec des solutions toutes simples, vous comprendrez les tenants et les aboutissants pour, à défaut de pouvoir l’empêcher, contourner cet épineux problème et aller de l’avant.

Une communauté à votre service

Une communauté, ce n’est rien d’autre qu’une audience que vous avez réussi à fédérer. Elle peut être porteuse d’idées, d’informations en tout genre. C’est un puissant allié, qu’il faudra apprendre à entretenir, à bichonner et à faire grandir. Étant entendu qu’elle est déjà convaincue du bien fondé de votre cause et de la pertinence de votre propos, votre communauté est généralement très encline à communiquer sur vous. C’est de la publicité gratuite, du bouche à oreille favorable et c’est un très bon signe. Restez tout de même vigilant et ne mettez jamais tous vos œufs dans le même panier. Une communauté reste en effet une masse difforme d’individualités réunies en tant que groupe, où chaque personne puise ce qu’elle souhaite à droite et à gauche. Ne tirez jamais de leçons trop hâtives mais prenez conscience de la dynamique insufflée et des nouveaux besoins que cela peut induire.

En outre, en plus d’être un vecteur formidable, votre communauté peut également vous créer du contenu et donc accroître le nombre de points d’entrée vers votre site web. Mais qu’est-ce qu’un point d’entrée ? Il s’agit d’une forme de captation de votre audience par le biais d’une page quelconque. Considérez votre site comme un navire de pêche : au plus votre filet est grand (en l’occurrence, votre nombre de pages), au plus le nombre de poissons capturés est élevé. Encore une fois, il ne s’agit pas de créer des pages sans raison, le nombre ne présage en rien de la qualité et de la pertinence. C’est ici que votre communauté intervient. Un forum peut paraître tout bête, mais c’est du contenu gratuit en rapport avec votre sujet. Souvent de qualité (si vous ne lésinez pas sur la modération), il peut vous apporter gros pour peu que vous sachiez bien vous en servir.

Chez CodeBuilder.fr, nous prenons la communication interne très au sérieux. Nous sommes en mesure de vous aiguiller à l’aide de conseils et de techniques de publication. Nous pouvons également ajouter à vos solutions des moyens de communication de type communautaire (blogs, forums, commentaires, etc.) et vous aider dans votre partie rédactionnelle ou modératrice.

Communiquer sur les réseaux sociaux

En quelques années, les réseaux sociaux ont pris une place prépondérante dans nos vies de tous les jours. Aujourd’hui, rares sont les personnes qui échappent encore à Facebook, Twitter, Google+, LinkedIn, Instagram, etc. En synthétisant les préoccupations de chacun, ils permettent de faire émerger des tendances, des mouvements de foule et d’opinions aussi diverses que variés. Toutes personnes devient dès lors un communiquant et possède une aura ou, à contrario, une nuisance qu’il ne pourrait avoir en temps normal. C’est là la force des réseaux sociaux et aussi leur plus grande faiblesse. Populaires, ils permettent beaucoup, mais gare aux brebis galeuses et autres moutons noirs ! Tandis que certains prendront plaisirs à vous hisser vers le haut, à communiquer pour vous de manière censée et positive, d’autres en revanche vous prendront en grippe. Pour autant, il ne s’agit pas de les rabaisser, d’entrer dans leur jeu. Si leurs propos ne sont pas constructifs, passez votre chemin et ignorez-les purement et simplement. Surtout, ne les prenez jamais de manière personnelle. En revanche, si ce qu’ils disent a du sens, remettez-vous en question, répondez à leurs préoccupations et remarques. Écouter est un gage d’ouverture et une qualité appréciée de tous, dans la vie comme sur le web.

Pour faire croître votre audience auprès des réseaux sociaux, n’hésitez pas à partager vos informations, mais aussi ceux de vos partenaires proches. Il s’agit du lieu idéal pour vous émanciper du carcan qu’est votre site web, où l’information que vous proposez doit avant tout émaner de vous et ne pas être hors-sujet. Ici, rien ne vous empêche de faire ce que vous voulez, dans la limite du raisonnable et de la compréhension de votre lectorat. Partagez avec eux du texte, des images voire même des vidéos, bref, du contenu qui ne saurait avoir sa place ailleurs. Montrez leur que vous suivre sur ces médias c’est vous connaître un peu mieux. C’est être un peu plus près de vous et donc, des idées que vous véhiculez et de votre manière de faire. Rapprocher votre audience, c’est la transformer petit à petit en une communauté fédératrice. Qui vous suivra coûte que coûte et qui communiquera pour vous par la suite. C’est un jeu de patience terriblement efficace à long terme, qu’il vous faut mettre en place très rapidement.

De l’utilité des régies publicitaires

Pour communiquer sur Internet, vous pouvez également utiliser les régies publicitaires. On distingue deux catégories bien distinctes qui ne sont pas antinomiques : l’annonceur et le diffuseur. La régie publicitaire sert alors d’intermédiaire à l’un et à l’autre en proposant un catalogue de sites Internet sur lesquels l’annonceur pourra diffuser ses publicités. Elle se charge de calculer un prix en fonction des paramètres souhaités (au clique, à l’affichage, etc.) et de redistribuer l’argent, moyennant une marge, au diffuseur. De nos jours, beaucoup de sites utilisent ce modèle économique comme seul source de revenus. Il convient dès lors d’en connaître les arcanes pour annoncer au meilleur prix et aux meilleurs emplacements.

Il s’agit souvent du seul moyen pour toucher un lectorat par lequel vous n’auriez pas d’emprise autrement, voire de diffuser vos propres annonces sur des sites concurrents ! Ne négligez pas le pouvoir des régies publicitaires et de leur force de frappe. Bien utilisées, elles peuvent être très rentables et vous amener une audience, sinon une rente, très confortable. Enfin, n’oubliez jamais que cette solution a un coût qui peut être variable. Il s’agira pour vous de correctement définir votre budget publicitaire et de vous y tenir.

Chez CodeBuilder.fr, nous ne nous occupons pas des régies publicitaires. Bien que nous en connaissions les détails, ce n’est pas notre cœur de métier et nous préférons déléguer ça à d’autres. C’est pourquoi, nous vous encourageons à vous tourner vers des sociétés spécialisées dans ce domaine, mieux à même de vous aiguiller et de vous suivre dans vos démarches. Nous restons cependant à votre écoute pour toutes demandes ou compléments d’informations à ce sujet, par le biais de notre page de contact.

Sources et références :
1. Wikipédia – Le taux de rebond
2. Wikipédia – Le syndrome de la page blanche